terça-feira, 13 de janeiro de 2009



Trois allumettes une à une allumées dans la nuit
La première pour voir ton visage
La seconde pour voir tes yeux
La dernière pour voir ta bouche
Et l'obscurité tout entière pour me rappeler tout cela
En te serrant dans mes bras.

Jacques Prévert
Três fósforos acesos um a um durante a noite
O primeiro para ver teu rosto
O segundo para ver teus olhos
O último para ver tua boca
E a escuridão inteirinha para lembrar tudo isso
Estreitando-te em meus braços
Tradução Amélia Pais

Um comentário:

A Flor do Sul disse...

Vous êtes très sensible de la fin.
Lorsque nous parlons de l'amour, est une certaine tristesse dans nos coeurs.
Mais si vous êtes heureux, je vous donne mes compliments.
Au revoir, madame.
La Fleur du Sud.